Des aires de changements

Des aires de changement 2019

Lors de mon précédent travail documentaire « Résidents du tiers espace » qui a pour sujet le développement des zones périurbaines, son impact sur les modes vie et l’environnement, je comprends le lien important qu'il y a entre l’expansion de ces territoires, l’automobile et les infrastructures routières et autoroutières.     Pour cette série « Des aires de changement », je choisis de travailler sur la base d'un itinéraire parcouru par de plus en plus de périurbains pour leurs trajets domicile travail : Clermont-Ferrand – Vic le Comte via l'autoroute A75 en cours d’élargissement. Cet exemple permet concrètement de se rendre compte des bouleversements environnementaux que cela entraîne.
     Pour se conformer à l'augmentation de la population périurbaine et aux nombreux trajets qu'elle implique, l'homme développe des zones résidentielles, des zones d'activité, mais aussi des voies de communication telles que les routes et les autoroutes. L'homme adapte donc l'environnement à ces propres besoins en le transformant, en l'artificialisant, en le dégradant, en le déboisant.      Alors que les arbres qui croissent lentement, avec mesure, évoquent dans la nature la stabilité, la force, la grandeur, la sagesse, la sérénité, l'homme, rapidement, en quelques coups de pelleteuses déstabilise son environnement. Les arbres sont aussi des témoins malheureux de la transformation des paysages.
     Cette série de photographies montre, entre autres, des arbres à la lisière mouvante de l'autoroute qui s’élargit. Ils sont prêts a tomber, à être coupés ou déracinés à tout moment. Ils ont grandi dans un endroit qui, par le passé, leur offrait un gage d'espoir dans l'avenir, une certaine assurance de croissance paisible. Aujourd'hui ce lieu ne représente plus rien de stable. Ils sont les spectateurs de leur futur incertain.      D'autres images montrent les arbres déjà à terre, victimes de l’extension d'un espace désormais réservé aux besoins des hommes. L'être humain moderne doit suivre son modèle de développement et tant pis si la nature ne s'adapte pas, elle mourra.
     Au nom de quoi ? Qu'y a t-il de si important, d'essentiel pour que les hommes agissent ainsi ? S'agit-il là d'une vision moderne et viable pour l'avenir ? Le modèle périurbain est-il durable ? Et les arbres, la nature dans tout ça ? Ont-ils leurs places ? Ce travail n'a pas été fait pour porter un quelconque jugement, mais plutôt pour amener nos esprits à une méditation, à une réflexion profonde sur la place que chaque être vivant tient sur la Terre.   
     Cette série de photographies est désormais une déclinaison d'un thème plus global qui a comme sujet la place de l'homme dans son environnement.

 © 2018 by Hervé Struck SIRET 83254331800014 Les images sont protégées par des droits d'auteur.